Une femme est dans 2 situations : travail et jour férié

Jour fériés & journée de solidarité : mode d’emploi

Certaines fêtes constituent des jours fériés qui peuvent être chômés ou travaillés, et rémunérés à des conditions qui varient selon les jours concernés.
Le salarié reste néanmoins tenu de travailler durant la journée de solidarité, à la demande expresse de l’employeur.

Situation du salarié pendant un jour férié

Parmi les fêtes légales, seul le 1er mai est obligatoire chômé pour tous les salariés (sauf exception dans les secteurs qui, en raison de leur activité, ne peuvent interrompre le travail comme les hôpitaux, transports publics, cafés-restaurants, …). Les autres jours fériés sont chômés, sauf si des dispositions en ce sens sont prévues par accord d’entreprise ou suivant votre convention collective.

Le salarié ne peut prétendre à aucun jour de congé supplémentaire si un jour férié chômé tombe un jour habituellement non travaillé (sauf si des dispositions conventionnelles le prévoient). Il n’est pas tenu non plus de récupérer les heures de travail non effectuées pendant un jour férié non travaillé.

Rémunération des jours fériés

La rémunération est intégralement maintenue en cas de jour férié chômé, à condition de bénéficier d’au moins 3 mois d’ancienneté dans l’entreprise.

Lorsque le jour férié est travaillé, le salarié perçoit sa rémunération habituelle. Aucune majoration n’est imposée, sauf dispositions conventionnelles plus favorables.

Cas particulier du 1er mai

Le chômage du 1er Mai ne peut être une cause de réduction de salaire. Le salarié qui travaille le 1er Mai bénéficie du doublement de sa rémunération.

La Journée de Solidarité

Elle consiste en une journée de travail supplémentaire, destinée au financement d’actions en faveur de l’autonomie des personnes âgées, qui ne donne pas lieu à une rémunération supplémentaire.

L’employeur fixe librement la date (sauf le 1er Mai) de la Journée de Solidarité.

L’Employeur ne peut pas imposer la prise d’un jour de congé payé aux salariés à la date de la journée de solidarité.

Des solutions sont offertes aux salariés pour qu’ils n’aient pas exécuter la journée de solidarité. En effet, en accord avec leur employeur, ils peuvent faire une demande de congé payé, d’un jour de RTT, ou bien choisir le fractionnement (effectuer 07 heures de travail supplémentaires dans l’année, pour les salariés à temps complet).

No Comments

Post A Comment